Qui sommes-nous ?

En mai 2006 paraît un premier rapport commandé par le Ministère de la Culture et de la Communication à Reine Prat : « pour l’égal accès des hommes et des femmes aux postes de responsabilités, aux lieux de décision, à la maîtrise de la représentation dans le secteur du spectacle vivant », suivi d’un second en mai 2009 : « de l’interdit à l’empêchement ».

En mettant au jour des discriminations dont on ne soupçonnait pas l’ampleur dans le  spectacle vivant, le premier rapport fait l’effet d’une bombe. Suite à cette première prise de conscience, des acteurs et actrices de la société civile s’emparent des chiffres et décident d’agir.

C’est la naissance du Mouvement HF, qualifié « d'événement » par la philosophe Geneviève Fraisse, au regard de son caractère spontané et inattendu.

 

Une première association se crée en Rhône-Alpes en 2008. Des collectifs et associations HF  se forment par la suite dans d’autres régions pour se constituer, à l’occasion du Festival d’Avignon en 2011, en une Fédération interrégionale du Mouvement HF.

Aujourd’hui, la Fédération interrégionale HF compte huit collectifs actifs en France et un collectif transfrontalier : HF Europe.

  • HF Auvergne-Rhône-Alpes

  • HF Bretagne

  • HF Hauts-de-France

  • HF Île-de-France

  • HF Toulouse / Occitanie

  • HF Pays de la Loire

  • HF Normandie

  • HF Nouvelle-Aquitaine

Ces différentes structures sont réunies au sein du « Mouvement HF » et représentées juridiquement l’association Fédération inter-régionale HF depuis 2015. C’est au nom du Mouvement HF que s’organisent les actions de lobbying à l’échelle nationale, et les échanges inter-associations permis par ce mouvement sont riches. Le Mouvement HF est actuellement présidé par Anne Grumet et est financé par le Ministère chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.

Afin d’essaimer et de mailler la totalité du territoire français, les collectifs HF existants font en sorte que les associations en cours de structuration puissent bénéficier d’une aide ou d’un “coup de pouce” pour leur participation aux événements internes et externes de la Fédération. La disparité des financements, du nombre d’adhérent.es et des forces vives nécessite un rééquilibrage : aide à la mobilité, envoi de matériel de communication, journées de formation, participation aux financements de l’organisation de rencontres publiques et formations internes.

 

Le Mouvement HF organise 3 à 4 événements par an : 

  • des « week-ends Fédération », où les différents HF de France se rencontrent pour échanger et construire ensemble ; 

  • des tables rondes organisées lors du festival d’Avignon ; 

  • les Universités du Mouvement HF ; 

  • les Journées du Matrimoine ; 

  • les Assises de la Transmission Théâtrale ; 

 

Chacun de ces événements est co-organisé par une ou plusieurs associations HF, notamment celle qui accueille l’événement. 

 

La Fédération signe régulièrement des tribunes dans la presse nationale et mène des actions avec des organisations professionnelles. 

 

La Fédération est également représentée au HCE, Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes, par Stéphane Frimat (Lille) et Anne Grumet (Lyon), depuis 2016. Ils sont rapporteurs du rapport “Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture Acte II : après 10 ans de constats, le temps de l’action”. 

 

Ce rapport est toujours présenté, partout en France et prône dans ses préconisations, l’application du principe de l’égaconditionnalité pour les financements publics de la Culture.

 

Quels sont nos objectifs?

L’inégale répartition entre femmes et hommes des responsabilités, des financements et des outils de travail trahit un déficit démocratique majeur, ainsi qu’une forme d’immobilisme au sein de l’institution culturelle susceptible de couper celle-ci des mouvements de notre société.

Le Mouvement HF réclame l’égalité réelle entre femmes et hommes aux postes de responsabilité, dans l’attribution des subventions, dans les programmations, dans les instances de décisions et de nominations.

Pour atteindre cet objectif, il se fixe trois missions :

  • Le repérage des inégalités de droits et de pratiques entre les hommes et les femmes dans les milieux de l’art et de la culture, toutes fonctions confondues (artistiques, administratives et techniques) 

  • L’éveil des consciences par la sensibilisation des professionnels, des responsables institutionnels, des élus et de l’opinion publique 

  • L’orientation des politiques vers des mesures concrètes